Les obligations : Kezako ?

Les obligations

A la lecture de notre précédent article portant sur les actions (à lire et relire ici), vous pensiez maîtriser tous les produits financiers ? Sachez qu’il n’en est rien… Des produits, il en existe bien d’autres, à commencer par les obligations !

Une obligation, qu’est-ce que c’est ?

Une obligation, c’est un produit financier émis par une entreprise en situation de besoin de financement à une personne physique ou morale ayant des capacités de financement.

oblig

Néanmoins, gare à l’amalgame. Une obligation n’est pas une action.

Un investisseur qui achète une action achète une part dans l’entreprise, il devient le propriétaire d’une partie de l’entreprise. En achetant l’action, tout se passe comme s’il donnait de l’argent à l’entreprise en échange de quoi il espère percevoir un dividende.

Si au contraire l’investisseur achète une obligation, tout se passe donc comme s’il prêtait de l’argent à l’entreprise. Il ne sera cette fois plus question de dividendes. Dans le cadre des obligations, l’investisseur achète un titre de créance. Cela signifie qu’il consent à prêter de l’argent en échange de quoi il exige un remboursement et le paiement d’intérêts (des coupons).

Finalement, il y a des similitudes avec un emprunt bancaire. Plutôt que de demander 100 000€ à une banque, l’entreprise demandera 1000€ à 100 investisseurs. La démarche présentera d’autant plus d’intérêt lorsqu’il s’agit de financer des montants très élevés.

 

Des obligations convertibles et non convertibles

Les obligations non convertibles, c’est la norme. On entend par là les « obligations non convertibles en actions ».

En d’autres termes, ce sont des obligations classiques. L’investisseur achète les obligations et attend leurs remboursements progressifs.

Or, avec les obligations convertibles en action, l’investisseur a le choix. Il peut s’inscrire dans la norme et attendre patiemment le remboursement de son action en numéraire. Il peut aussi décider de convertir ses obligations en actions !

En d’autres termes, alors même que l’investisseur possède un titre de créance dans une entreprise A, il va décider d’y renoncer pour obtenir en échange et en guise de remboursement une part du capital de l’entreprise en question.

 

L’ultime nuance

Mais pas de panique, il n’y a rien de compliqué ! 😉

 

Si les obligations sont des produits financiers, elles ne sont pas nécessairement cotées sur les marchés boursiers.

Lorsque l’obligation est cotée, elle est d’abord émise sur le marché primaire. Le créancier obligataire s’y inscrit dans une optique d’investissement à long terme et perçoit des intérêts en attendant son remboursement.

Néanmoins, d’autres créanciers obligataires peuvent s’inscrire dans une dimension court terme. Dès lors, ils revendront les obligations qu’ils ont achetées sur un marché secondaire en espérant réaliser une plus-value.

 

Au même titre que pour des actions, les obligations peuvent aussi être non cotées. Tout se passera donc comme s’il n’y avait qu’un marché primaire où les créanciers obligataires conserveront leurs obligations jusqu’à échéance.

 

Quels liens avec la finance participative ?

Vous connaissiez le prêt rémunéré ou crowdlending ? C’est précisément de cela qu’il s’agit.

Lorsque la finance participative se propose de financer des entreprises via des obligations, il s’agit d’actions non convertibles.

Les obligations sont finalement un nouvel outil au service des plateformes pour mener à bien la démarche de financement des entreprises par la dette. Néanmoins, à la différence de la formule classique, les obligations permettront de financer des montants plus élevés tout en faisant entrer dans la démarche les personnes morales, jusqu’ici exclues.

Article lu 110 fois, dont 1 aujourd'hui.

Partagez cet article!

Related post

2 Commentaires
  1. Xavier février 10, 2018 at 11 h 32 min - Reply

    Merci pour cet article.
    Quels sont les risques pour l’investisseur svp ?

    • Margaux Dutheil février 12, 2018 at 10 h 53 min - Reply

      Bonjour,
      le financement participatif en investissement obligataire n’est pas garanti, malgré le fait que les entreprises éligibles pour en profiter suivent un parcours de sélection strict. Il vous est donc fortement conseillé de répartir vos investissements sur plusieurs entreprises afin de réduire votre risque de perte.
      Bien cordialement,

Laissez un commentaire

Blog Crowdfunding

logo breizhfunding

A PROPOS

Breizhfunding, le blog sur l'actualité du crowdfunding et de la Bretagne

DERNIERS TWEETS

SUIVEZ-NOUS

Lancé par GwenneG, plateforme de financement participatif breton