Qu’est-ce que le crowdlending ?

Crowdlending : Qu’est-ce que c’est et pourquoi s’y intéresser ?

Avec 193 millions d’euros récoltés en prêt d’après le baromètre de Financement Participatif France de 2015, le crowdlending est la méthode de crowdfunding qui a le vent en poupe.

Qu’est-ce que le crowdlending ?

Le crowdlending, ou lending crowdfunding, a les mêmes objectifs que le crowdfunding classique. Obtenir des financements auprès de particuliers et cultiver sa visibilité selon le triptyque consacré : réputation, image de marque et notoriété. La différence étant que le particulier n’effectue pas un acte de pré-achat pour cela mais qu’il prête son argent à un autre particulier ou à une entreprise. Argent qu’il récupérera progressivement avec intérêt, ou non, une fois le projet lancé.

Il y a trois formes de prêt :

  • Rémunérés entre particuliers (137 millions prêtés sous cette forme en 2015) ;
  • Non-rémunérés ou finance solidaire (1 million en 2015) ;
  • Rémunérés aux entreprises et (31 millions en prêts et 24 millions en obligations en 2015).

Pourquoi passer par le crowdlending ?

Utiliser le corwdlending donne la possibilité aux particuliers de faire fructifier leur épargne. Cet intérêt est d’autant plus grand que le taux du livret A est bas (0,75% au moment où cet article est écrit). Le crowdlending ouvre donc à des placements plus rentables.

Pour les emprunteurs, les avantages du crowdlending sont donc :

  • De compléter un prêt fait auprès d’un organisme financier. Ou de financer du « besoin en fonds de roulement », de l’immatériel et de la croissance ;
  • Enfin, de profiter de la campagne pour communiquer.

Pour les prêteurs, les avantages sont :

  • De choisir consciemment où leur argent est investi et de profiter des différents avantages offerts par les projets ;
  • D’accéder aux informations précises des projets des entreprises emprunteuses et de savoir comment est utilisé leur investissement ;
  • De participer à l’économie réelle ;
  • Enfin, de profiter des taux d’intérêt supérieurs à ceux offerts par les placements traditionnels..

Risques et contraintes du crowdlending

Qui dit intérêts élevés dit potentiellement risques élevés pour les prêteurs. Pour réduire ces risques, les plateformes de crowdlending mettent en place une sélection des projets.
La plateforme GwenneG demande par exemple des informations précises sur la santé financière de l’emprunteur et transmet ensuite le dossier à un comité d’évaluation des risques. Comité qui, après avoir déterminé les capacités de remboursement et la durée du prêt (en accord avec l’emprunteur), attribue une note déterminant le taux d’intérêt qui sera proposé aux prêteurs. Ou il refuse le dossier et donc le prêt. Ainsi, un emprunt de 60 mois obtenant une note « A » aura un taux de 5,60%. Alors qu’un emprunt sur la même durée mais noté « C » aura un taux de 9,60%.

Pour réduire d’avantage les risques de perte, il est conseillé de ne pas prêter plus de 10% de son épargne sur le même projet. Et donc de diversifier ses prêts.

Un autre risque, rare, est que la plateforme de crowdlending fasse faillite. Pour protéger les prêteurs, les plateformes ont alors l’obligation de faire appel à un tiers pour gérer les investissements. Ce qui offre plus de garanties et de sécurités.

Les placements en crowdlending s’accompagnent de certaines contraintes :

  • L’argent investi est bloqué pendant un certain temps au taux choisi et accepté sur la plateforme.
    Cela peut s’avérer contraignant si par exemple un meilleur placement se présente : il ne sera pas possible d’accéder à l’argent préalablement investi pour le réinvestir.
  • Des changements dans la réglementation, décidés par l’État, peuvent affecter les investissements.
    Si par exemple, le taux d’imposition est rehaussé, le placement peut perdre de la valeur.
  • Enfin, les prêts sont limités à 1 000 euros.
    Bien que cette limite sera rehaussée à 2 000 en octobre 2016.

D’une façon générale, les plateformes proposant du crowdlending font tout pour protéger les prêteurs mais le risque zéro n’existe pas. Pour vous réconfortez, vous pouvez vérifier le statut de la plateforme.

Réglementations des plateformes

Les plateformes de crowdlending peuvent avoir deux types de statut en fonction des prêts accordés :

  • Statut d’établissement de crédit concédé par l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) lorsque la plateforme consent elle-même des prêts rémunérés. Le capital de la plateforme doit alors être compris entre 1 et 5,5 millions.
  • Statut d’intermédiaire en financement participatif (IFP) accordé cette fois par l’ORIAS (Organisme pour le Registre des Intermédiaires en Assurance). Et cela si la plateforme fait des prêts rémunérés, ou non, par l’intermédiaire d’une multitude de particuliers prêteurs.

Fiscalité et rentabilité du crowdlending

Vous pouvez consulter ce précédent article pour obtenir des détails sur la fiscalité et savoir comment déclarer ses intérêts obtenus via le crowdlending.

Pour résumer, les intérêts perçus font partis de la catégorie « Produits de placement à revenu fixe ». Ils sont donc soumis :

  • Aux prélèvements sociaux de 15,5%.
  • Au barème progressif de l’impôt sur le revenu sous déduction d’un prélèvement à la source de 24%.

Cependant :

  • Les foyers fiscaux percevant moins de 2 000€ d’intérêt par an peuvent opter pour le prélèvement forfaitaire de 24%. Et se soustraire ainsi à l’imposition selon le barème progressif.
  • Les foyers dont le revenu fiscal est inférieur ou égal à 25 000€ si célibataire (ou veuf(-ve), divorcé(e)) ou à 50 000€ si couple (ou imposition commune), peuvent être exemptés d’imposition en remplissant une attestation sur l’honneur.

Enfin, depuis le premier janvier 2016, les pertes en capital réalisées pour des prêts aux entreprises sont déductibles, au titre de l’impôt sur le revenu, des intérêts perçus au cours de la même année et reportables sur les 5 prochaines années.

Prenons un exemple simple.

En juillet 2016, d’après le baromètre, la moyenne des taux d’intérêt pour les prêts en crowdlending était de 7%. Prenons alors un foyer percevant moins de 2 000€ d’intérêt par an.

Crowdlending
Taux d’intérêt 7%
Investissement 1 000€
Acompte forfaitaire 24%
Prélèvements sociaux 15,5%
Intérêts annuels nets d’impôt 44,9€

 

 

 

 

 

Article lu 134 fois, dont 1 aujourd'hui.

Partagez cet article!

Related post

0 Commentaire

Laissez un commentaire

Blog Crowdfunding

logo breizhfunding

A PROPOS

Breizhfunding, le blog sur l'actualité du crowdfunding et de la Bretagne

DERNIERS TWEETS

SUIVEZ-NOUS

Lancé par GwenneG, plateforme de financement participatif breton