Veille économique bretonne

Rennes : y aura-t-il un avant et après 2020 ?

Comment les entrepreneurs imaginent Rennes en 2020 ?

« Pensez-vous qu’il y aura un avant et un après 2020 [pour Rennes] ? », c’est autour de cette question que s’articule la nouvelle étude du cabinet Audiar.

Comment les entrepreneurs imaginent Rennes en 2020 ?

Il n’aura échappé à aucun Rennais que leur ville est en pleine mutation. Rien que dans le centre-ville, ils peuvent voir pointer fièrement vers le ciel bon nombre de grues. À la gare, ils doivent traverser un dédale fait de tôles pour espérer y entrer ou en sortir. Et la réaction normale de tout non-rennais est de s’exclamer « il y en a des travaux dans cette ville ».

Ces travaux justement sont liés aux projets urbains de la plateforme d’EuroRennes (gare et quartier d’affaires) et de la ligne B du métro. Deux projets tournés vers le même objectif : augmenter l’attractivité de Rennes en facilitant la mobilité intra et interurbaine. La question de la mobilité, ou de flux, est centrale dans le secteur (socio-)économique d’aujourd’hui.

Audiar a alors interrogé les entreprises rennaises* pour savoir si selon eux, la Rennes de 2020 pourra faire valoir des avantages décisifs sur ces voisines grâce à ses aménagements. Dans le but d’attirer de nouveaux habitants, de nouvelles entreprises et donc, des capitaux nationaux et internationaux.

Une question d’échelle : Rennes dans la banlieue parisienne

La Ligne à Grande Vitesse (ou LGV) de la future gare change l’échelle de la ville. Située à 1h25, au lieu de 2h40 actuellement, Rennes pourrait être considérée comme faisant partie du hub parisien et profiter de ses infrastructures, notamment les aéroports Roissy et Charles de Gaulle. Ce « rapprochement » devrait permettre aux entreprises bretonnes de s’internationaliser plus facilement. Mais aussi, attirer les activités économiques voulant profiter des coûts (de location notamment) moins importants, tout en étant proche de Paris.

Pour les dirigeants des entreprises rennaises, l’enjeu est aussi de faire de Rennes la porte d’entrée vers la Bretagne. Et inversement, d’en faire la porte d’entrée vers le national et l’international.

Enfin, cette nouvelle proximité encouragerait également les actifs à venir s’installer à Rennes. D’autant plus que les 2 lignes de métro quadrilleront la ville et placeront la gare à 10min de trajet maximum.

L’inverse est également vrai. Les Rennais pourraient plus facilement profiter des « plaisirs » de la capitale sans être obligés d’y passer la nuit. Ou bien sûr, aller y travailler tout en gardant la qualité de vie bretonne (vu que la résidence rennaise est, semble-t-il, privilégiée à celle parisienne par les ménages).

EuroRennes est donc vu comme le vaisseau-amiral pour la promotion de la ville de Rennes, et par extension, de la Bretagne.

Des dispositifs supplémentaires à mettre en place

Cependant, ce n’est pas tout d’avoir une plateforme ferroviaire et un métro dernier cri, il faut le faire savoir. Les entrepreneurs interrogés par Audiar souhaitent mettre en place une communication à destination nationale et internationale axée sur :

  • Les apports économiques de Rennes à l’économie francilienne ;
  • La continuité des modes de transport : aéroports, LGV, métros ; et donc de flux ;
  • La qualité de vie ;
  • Le coût de cette vie.

Selon eux, il faut que la gare d’EuroRennes marque clairement l’entrée dans un nouveau territoire. Les visiteurs doivent se rendre compte immédiatement qu’ils sont en Bretagne. Mais aussi être capable de l’associer avec ses spécialités (économiques, culturelles, etc).

Enfin, des parcs relais doivent être pensés pour pouvoir profiter au maximum de l’efficacité ferroviaire. En effet, si l’attractivité de Rennes augmente, les principaux axes autoroutiers risquent fort d’être congestionnés. L’objectif est donc de rendre la voiture inutile en ville en mettant en place système de parkings et de navettes. Certains pensent déjà à développer un réseau RER.

Les entreprises rennaises sont donc optimistes et voient en EuroRennes (et le métro) une opportunité d’exporter à l’international.
La question qui se pose maintenant est : à quelles perspectives conduisent les lignes rouges de Rennes 2030 ?

 

*Listes des entreprises interrogées

Comment les entrepreneurs imaginent Rennes en 2020 ?

Écrire un commentaire