Veille économique bretonne

Mediaveille et IMIE ouvrent une école de la deuxième chance à Rennes

Mediaveille et IMEI ouvrent une école de la deuxième chance à Rennes

Avoir une deuxième chance grâce au digital. Telle est la proposition de Mediaveille et de l’école IMIE Rennes avec leur formation « Experts en Stratégies Webmarketing ».

Mediaveille et IMEI ouvrent une école de la deuxième chance à Rennes

Saisir différemment l’opportunité numérique

Le numérique est un phénomène complexe : il est une force transformatrice et en même temps une transformation lui-même. Il est également le moteur actuel de l’innovation et de la création. Deux domaines qui créent la valeur économique selon le célèbre économiste Schumpeter. Son appropriation est alors vitale pour les entreprises : ces dernières doivent muées. Et cela passe par la tant nommée « transformation numérique (ou digitale) ».

Or les entreprises françaises sont en retard dans ce processus. Moins dû à des raisons culturelles ou administratives, ce retard serait la conséquence du manque de personnes formées aux métiers du numérique. Notamment dans la programmation ou plus largement, dans l’informatique (computer sciences). Nous vous en avions déjà parlés pour expliquer la baisse du chômage en Bretagne : le secteur du conseil et d’aide au numérique (bien représenté dans cette région) est en plein essor. Preuve que les entreprises ont du mal ou n’ont pas les ressources internes pour s’approprier cette force qu’est le numérique.

De cette faiblesse née une opportunité économique mais aussi humaine. Puisque les entreprises ont besoin de spécialistes du numérique, alors formons-en. Et profitons-en pour mettre en avant les publics en transition, discriminés ou tout simplement oubliés. C’est le projet de l’« école de la deuxième chance » de Mediaveille et de l’IMIE Rennes (école de la Filière du Numérique).

Quelle est cette « deuxième chance » ?

La solidarité et l’égalité des chances sont au cœur de ce projet puisque sont visés les publics prioritaires. C’est-à-dire les personnes en situation de handicap, peu diplômées ou en réorientation. De plus, prenant en compte la domination masculine débilitante dans le secteur technologique, la future école fera une place de choix aux femmes.

Il est vrai que le chômage chez les personnes handicapées est deux fois plus élevé : 18% en 2015 selon le ministère du Travail. Pour les femmes, c’est un peu plus compliqué : bien qu’elles ne représentent qu’environ 20% des effectifs dans le milieu technologique, leur évolution dans ce secteur est plus rapide que celle des hommes. Preuve qu’elles commencent à surmonter les « barrières d’entrée masculines » de ce milieu.

Le but de l’école est de former des experts en stratégies webmarketing en seulement 10 mois (6 théoriques et 4 pratiques). Au programme alors : référencement naturel et payant (SEO, SMO, SEA), community management, développement d’applications, introduction aux réseaux, architecture applicative, gestion de projet et autres compétences transversales.

La formation doit ouvrir en octobre 2016 à Rennes.

D’où vient cette idée ?

L’idée aurait germé dans la tête d’Olivier Méril, Président de Mediaveille, suite à une rencontre comme il le raconte ici :

« Touché par la situation d’une personne en situation de handicap, j’ai décidé de lui donner une chance de s’épanouir davantage dans sa vie professionnelle. Nous l’avons donc formé aux expertises webmarketing et recruté. Et à aucun moment nous ne l’avons regretté ! En percevant le plaisir que ça lui a donné, les remerciements de sa famille et la satisfaction que ça nous apporte, je me suis dit qu’il y avait certainement d’autres personnes à qui nous pouvions donner leur chance. »

Il aura fallu attendre un an et le soutien de Marilyne Souty, Directrice de l’IMIE Rennes, pour que le projet voit le jour. Il est depuis soutenu par le FAFIEC (l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé des métiers du numérique), la région Bretagne et Pôle Emploi.

Cette initiative est donc centrée sur l’intégration de populations souvent oubliées. Et cela au cœur d’un processus décisif pour bien d’entreprises : l’appropriation de la « force transformatrice » numérique.

 

Écrire un commentaire